Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 19:48
 
Quelle va être l’ampleur de la crise des crédits hypothécaires américains, les crédits subprime ?
 
Un début de réponse peut être apporté par l’estimation de l’évolution des taux de défaut sur les crédits subprime et des taux de saisie. C’est ce type d’estimation que nous propose Jean-Marc LUCAS, Etudes Economiques, EcoWeek, 24 janvier 2008, BNP-Paribas dans une note de conjoncture récente.
 
« Etats-Unis : quelle évolution des taux de défaut sur les crédits subprime ? »
.
« Cette note a pour objet de synthétiser l’évolution récente des taux de défaut sur les crédits immobiliers, tels que reportés par la Mortgage Bankers Association (MBA) dans son enquête trimestrielle – « National delinquency survey » - et de proposer des projections de taux de défaut sur les crédits subprime à l’horizon 2009, construites sur la seule base de notre scénario macroéconomique. » 
Jean-Marc LUCAS, Etudes Economiques, EcoWeek, 24 janvier 2008, BNP-Paribas
 
Défauts sur les crédits immobiliers :
un rappel des évolutions récentes
 
Selon le dernier pointage effectué par la MBA au troisième trimestre 2007, le retournement du marché immobilier américain s’est accompagné, depuis le début de l’année 2006, d’une détérioration sur le marché du crédit, aussi bien pour le compartiment « prime » - le moins risqué – en général, que pour celui du « subprime » - le plus risqué, en particulier.
 
Tableau 1 : Défauts et saisies sur crédits hypothécaires
  undefined
 























.
Source : Mortgage Bankers Association
 
* : historique depuis 1979 pour l'ensemble et 1998 pour les segments prime/subprime
** : saisies et défauts de plus de 90 jours
 
Pour l’ensemble des crédits, le taux de défaut est passé de 5,1% au deuxième trimestre 2007 à 5,6% au troisième. Alors qu’il était précédemment demeuré en deçà des niveaux constatés lors de la récession de 2001, le taux de défaut se situe désormais à son niveau le plus élevé depuis 1986 – la variation trimestrielle étant pour sa part la plus marquée du cycle en cours.
 
Alors que le taux de défaut est passé de 2,7% à 3,1% pour le compartiment « prime » - le moins risqué –, il est passé de 14,8% à 16,3% pour le « subprime » - le plus risqué. 
 
En outre, les comparaisons historiques montrent que les défauts sont « graves » car le taux de défaut à plus de 90 jours n’avait jamais été aussi élevé.
 
Le taux de saisie estégalement en forte hausse, passantde 1,4% au deuxième à 1,7% au troisième trimestre, ce qui constitue à la fois un niveau et une variation historiques. 
 
Enfin, le rythme auquel a lieu la dégradation des taux de défaut et de saisie suggère une poursuite de cette tendance défavorable dans un futur proche.  
 
Quelle évolution attendre
des taux de défaut sur les crédits subprime ?
 
Afin de cerner cette évolution à venir du taux de défaut sur les crédits subprime, les économistes de BNP-Paribas estiment le taux observé par la MBA, (taux de défaut au sens large : retards de paiement de plus de 30 jours), en fonction des grandes variables économiques qui paraissent susceptibles de l’influencer :
 
- la croissance du PIB en glissement annuel
- la variation annuelle du taux de chômage
- le niveau et la variation annuelle des taux d'intérêt à court terme (Libor 3 mois)
- la variation du prix des logements en glissement annuel.
 
Conscients de toutes les précautions à prendre pour réaliser de type de projection, les auteurs rappellent que :
 
« sur la base de l’estimation qui nous paraît la plus robuste et de notre scénario, nous projetons ensuite une évolution plausible du taux de défaut sur la période 2007-2009.  Naturellement, cette démarche n’est pas sans présenter des limites. En premier lieu, ces projections sont naturellement très sensibles au scénario retenu. Par ailleurs, elles reposent exclusivement sur l’évolution de ces quelques grandeurs macroéconomiques, toutes choses égales par ailleurs. Elles ne prennent donc pas en compte d’autres éléments qui peuvent avoir une importance non négligeable, mais que nous ne pouvons incorporer – ne disposant pas de prévisions pour ces variables –, comme le réajustement des taux d’intérêt par exemple, dans le cas des crédits à taux ajustable. A ce titre, rappelons que les prêts subprime consentis en 2005 et 2006 présentent des taux de défaut bien supérieurs à ceux des générations précédentes. Cette tendance pourrait bien entendu s’amplifier encore en 2008, sur la génération 2007 (notons toutefois que les conditions d’octroi de crédits subprime ont été nettement resserrées dans le courant de cette année, ce qui constitue sans doute un facteur modérateur de la tendance précitée, à terme.). Ainsi, ces projections doivent-elles être considérées comme des tendances plus que comme des prévisions fines. »
Jean-Marc LUCAS, Etudes Economiques, EcoWeek, 24 janvier 2008, BNP-Paribas
 
Tableau 2 : Taux de défaut sur les crédits subprime
  undefined
 



















.
Sources : MBA, BEA, BLS, OFHEO - Estimations : BNP Paribas, Etudes économiques
Notes : * : projections ; ** ce profil suppose un écart de 15% entre le pic et le creux
 
 
Qu’impliquerait le scénario économique retenu ?
 
Le scénario macroéconomique 
 
- ralentissement sensible de la croissance (+1,1% en moyenne annuelle en 2008, dont l’essentiel provient de l’acquis de 2007, et +1,6% en 2009,après +2,2% en 2007)
- remontée du taux de chômage (de 4,6% en 2007 à 5,4% en 2008 et 5,6% en 2009)
- baisse des prix des logements (supposée ici de 15% entre le pic et le creux, soit des baisses de l’ordre de 7% en moyenne en 2008 et 2009)
– la baisse des taux à court terme, entamée au second semestre 2007, se poursuivrait, l’objectif desFed funds passant de 3,50% actuellement à 2,0% au second semestre 2008 et se stabilisant à ce niveau par la suite.
 
Dans le cadre du scénario privilégié et exposé ci-dessus, les auteurs estiment que :
 
- le taux de défaut sur les crédits subprime, toujours en hausse, atteindrait environ 17,5% en 2008 en moyenne, en forte hausse donc, après avoir atteint 15,4% en 2007. Il se stabiliserait à un niveau plafond en 2009 (vers 17,3% en moyenne).
 
- Le taux de saisie pourrait augmenter beaucoup plus sérieusement, passant de 6,3% en moyenne en 2007 à environ 10,8% en 2008 et 13,1% en 2009. 
 
En résumé, les évolutions attendues en matière de croissance, de chômage et de prix immobiliers auraient une influence négative cette année en matière de défauts, tandis que l’assouplissement monétaire limiterait la détérioration.
 
A consulter :
 
 
Published by David Mourey - dans Crises Financières
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012