Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 17:19
 « Le débat interdit »
 
Jean-Paul FITOUSSI, Arléa, 1995, p 165
 
Égalité et équité
 
Le concept d'égalité, lorsqu'il n'est point précisé, est vide de substance. La question «pourquoi l'égalité?», pour importante qu'elle soit, ne constitue pas le cœur du problème. Comme le remarque Amartya Sen, « l'idée d'égalité est confrontée à deux types différents de diversités : l'hétérogénéité des êtres humains et la multiplicité des variables dans lesquelles l'égalité peut être évaluée ».
La vraie question est donc « quelle égalité ? ». Comment, en effet, « se prévaloir de l'éthique si chaque individu ne se voit pas accorder une égale considération dans un certain espace, celui qui est important pour la théorie qu'on défend», ajoute Sen. Pas de théorie sociale, donc - mêmes critiques à l'égard de certains critères d'égalité -, qui ne soit fondée elle-même sur une exigence de l'égalité dans un certain domaine. L'espace auquel peut s'appliquer le concept est multidimensionnel et la définition de l'égalité dans l'une de ses dimensions implique, au sens causal, l'acceptation d'inégalités en d'autres dimensions. En ce sens, tout discours sur la société est égalitarien.
 
« Le débat interdit »,
Jean-Paul FITOUSSI, Arléa, 1995, p 166
 
Je propose alors de définir l'équité comme une propriété du critère d'égalité qu'on choisit. Il apparaît donc vain de vouloir opposer égalité et équité, comme on l'a fait récemment. Ce serait vouloir opposer, à une conception, le jugement moral qu'on porte sur elle.
« L'égalité devant la vie », si elle implique qu'on accepte de grandes inégalités de ressources, exige pourtant qu'on cherche à en limiter l'ampleur, c'est-à-dire qu'on en contrôle, par des interventions publiques, le degré d'inégalité. Personne, je crois, ne pourrait contester une telle affirmation, et je n'ai entendu aucun discours - d'intellectuels ou d'hommes politiques - qui remît en cause la nécessité d'un système de redistribution, même de la part de ceux qui considèrent le système actuel comme trop généreux. Et encore, s'ils contestent le système actuel, la plupart de ces derniers le font-il fréquemment parce qu'au nom d'une égalité plus formelle que réelle il ne réduit pas suffisamment le degré spontané d'inégalité dans la répartition des revenus et des richesses.
 
« Le nouvel âge des inégalités »
Jean-Paul FITOUSSI et Pierre ROSANVALLON, Seuil, 1996, p 98
 
Par exemple, certains auteurs, notamment Sen, considèrent plus équitable de définir l'égalité non pas dans l'espace des revenus ou de celui de l'accès aux « biens sociaux primaires » - comme le suggère Rawlsmais dans celui de la liberté de réalisation de ses projets et de la capacité de le faire.
 
Pour ne prendre que l'exemple le plus simple, deux personnes disposant d'un même revenu, mais dont l'une serait handicapée, ne jouiraient pas de la même liberté de poursuivre leurs objectifs. L'égalité des revenus peut ainsi masquer une très grande inégalité de bien-être. L'équité, sur la base d'un critère d'égalité d'ordre supérieur, exige alors une plus grande inégalité dans la répartition des revenus. Mais il s'agit dans ce cas d'une inégalité correctrice, destinée à réduire ou à compenser une inégalité première.
 
Recompris dans cette perspective, on perçoit toute la confusion qui avait entouré le récent débat sur cette question. Le problème était en réalité mal posé, puisque la notion d'équité avait paradoxalement été perçue comme une légitimation de la différenciation sociale.
En réalité, l'équité ne s'oppose pas à l'égalité. Elle suppose au contraire la recherche de critères d'égalité plus exigeants. Mais d'erreurs pédagogiques en incompréhensions, le discours politique a semblé vouloir s'exonérer d'un objectif d'égalité sous prétexte d'une recherche d'équité.
 
Commentaires
On en déduit que la définition de l’équité proposée par Jean-Paul Fitoussi, rejoint la logique de Sen et permet d’éclairer la complémentarité entre égalité et équité. On peut dire que l’équité se traduit par un degré supérieur d’égalité.
 
Des approfondissements sur ces points sont présentés dans l’article « Quelques éléments d’analyse présentés par Amartya Sen » que je vous propose.
Published by David MOUREY - dans Egalité et Equité
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012