Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 18:37
Voilà de quoi faire rebondir les débats sur la mesure du chômage et plus précisément sur les conventions internationales qui permettent de mesurer le chômage dans chaque pays, puis de faire des comparaisons internationales. Je ne m’étendrais pas en commentaire aujourd’hui mais je crois que cette information vaut la peine d’être diffusée.
 
L’effet boomerang d’une étude du Mc KINSEY GLOBAL INSTITUTE sur le chômage en suède
 
Dans une note de juin, le Centre for Economic and Policy Research (CEPR) s’est essayé à appliquer au cas américain la méthode employée en 2006 par le Mc Kinsey Global Institute pour ré-estimer le taux de chômage en Suède.
 
Avec un résultat tout aussi spectaculaire : l’étude Mc Kinsey faisait tripler le taux suédois de 2004 (de 5,3 % à 15,7 %), sa transposition par le CEPR porte le taux « de facto» américain de 5,5 % à 15,2 %.
 
Cinq populations sont ajoutées aux chômeurs BIT : les personnes aux marges de l’activité (chômeurs découragés), sous-employées (à temps partiel contraint), valides mais exclues de l’activité (préretraite et incapacité), en emplois aidés, incarcérées.
 
Pour les deux premières, l’effet du redressement est moindre aux États-Unis : + 1,4 point de chômage, contre + 3,1 en Suède.
 
L’incidence des retraits d’activité est la même dans les deux pays. En revanche celle des emplois aidés et surtout de la population carcérale est deux fois plus forte aux États-unis (+ 4,9 points contre + 2,5 en Suède).
 
Bien que menée avec rigueur cette démarche soulève nombre d’objections techniques :
 
Quelle est la proportion « normale » de préretraités ou d’invalides ?
Quelle est la bonne période de référence pour observer la recherche d’emploi ?
 
Cette démarche soulève aussi nombre d’objections conceptuelles
 
Un travailleur pauvre bénéficiant d’un crédit d’impôt est-il chômeur à due proportion ?
Les prisonniers sont-ils des chômeurs ? …
 
Elle a cependant la vertu de montrer qu’au-delà d’une mesure universelle du chômage stricto sensu, une recension selon des critères homogènes des situations intermédiaires entre emploi, chômage et inactivité peut offrir une vision plus complète du fonctionnement du marché du travail.
 
Source de ce texte :
 
Centre d’analyse stratégique, Note de Veille n°63
 
La Note du Center for Economic and Policy Research (CEPR)
 
 
Published by David MOUREY - dans Emploi et chômage
commenter cet article

commentaires

alexandre 21/06/2007 10:26

La question des prisonniers est une question épineuse car plusieurs problèmes peuvent apparaitre : - tout d'abord, la population de prisonniers n'est pas la même en Suède et aux Etats-Unis. Elle ne reflète pas la même structure de la population, puisque aux Etats-Unis se sont en majeure partie les minorités qui sont présentes dans les prisons.- Ensuite, il est nécessaire de mettre en relation cette population carcérale avec le marché du travail. Comment être sur que la population carcérale si elle avait été sur le marché du travail aurait fait partie de la masse de chômeur. Certes les caractéristiques de cette population se rapprochent très fortement de celles des chômeurs mais rien n'est moins sur. Je pense qu'il serait possible d'améliorer cette question en utilisant les méthodes de l'analyse démographique en utilisant des taux comparatifs pour lesquels il est nécessaire de projeter sur les prisonniers les taux de chômage de la population en fonction de caractéristiques similaires. Ainsi on obtiendrait une première estimation certes partielles du taux de chômage potentiel des prisonniers.voilà quelques idées qui pourraient permettre d'améliorer l'estimation du taux de chômage réel

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012