Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 16:04
Vous trouverez ci-dessous quelques liens utiles pour une documentation de qualité sur des sujets économiques et sociaux fondamentaux.
 
Actualité INSEE
 
 
C. Picart, Insee, Paris, Document de travail, n° G2007/05, juin, 50 p., (2007).

Les flux d’emploi (créations et destructions d’emplois dans les entreprises) et de main-d’œuvre (embauches et débauches) sont au cœur des analyses récentes du marché du travail. L’ampleur des flux bruts d’emploi (créations + destructions) , au regard des flux nets (créations - destructions), a contribué au renouveau des analyses schumpetériennes en termes de destruction créatrice. Il était jusqu’à présent admis que les flux bruts d’emploi sont du même ordre de grandeur dans des pays aussi différents que la France et les États-Unis, ce qui va à l’encontre du lien attendu entre protection de l’emploi et réallocations.
La présente étude utilise la possibilité de suivre les salariés sur deux ans dans les DADS pour corriger la mesure des flux d’emploi des flux artificiels engendrés par les changements d’identifiant des établissements. La correction divise par deux les flux d’emploi qui se révèlent ainsi nettement moins importants en France qu’aux États-Unis.
La même source permet d’étudier sur un champ quasi exhaustif la relation entre flux d’emploi et flux de main d’œuvre. Les rotations ou excès des flux de main-d’œuvre sur les flux d’emploi, apparaissent plus liés à des caractéristiques sectorielles qu’aux flux d’emplois. Leur ampleur, révisée à la hausse par cette étude, est plus le signe d’un certain dualisme du marché du travail que de la vigueur du processus de destruction créatrice.

 
.
Les flux de main-d'oeuvre et les flux d'emplois dans un contexte d'internationalisation,
 
M. Barlet et alii, Insee, Paris, L'économie française, 24 p., (2007).

Même lorsque l’emploi et le chômage sont stables, on enregistre un grand nombre de flux sur le marché du travail. Pour 100 personnes en emploi, on observe chaque année 40 entrées en emploi et 40 séparations. Ces mouvements sont concentrés sur une partie de la population : environ 80% des individus restent dans le même emploi d’une année sur l’autre, les 40 entrées/sorties se concentrant sur les 20% restants.
Une part importante de ces mouvements se fait sur des postes pérennes. Les destructions-créations de postes sont donc d’une ampleur nettement plus faible : de l’ordre de 7 créations et destructions annuelles pour 100 postes, soit environ un million de postes créés et détruits chaque année.
L’internationalisation contribue à ces destructions annuelles pour une part qui reste minoritaire mais néanmoins significative. Selon l’approche retenue, on aboutit à une contribution comprise entre 15 000 et 34 000 destructions annuelles. Ces destructions n’ont pas empêché l’économie française de créer environ 200 000 emplois marchands par an sur la décennie écoulée
 
Actualité du CERC
 
 
Bruxelles, Projet de communication, juin, 28 p., (2007).

. Les conséquences de la décentralisation sur la gestion du RMI,

 
 
Actualité du CEE
 
 
Y. L’Horty, Centre d'études de l'Emploi, Noisy-le-Grand, Connaissance de l'emploi, n° 43, juin, 4 p., (2007).

Le Smic horaire brut a augmenté de 33,4 % depuis le début des années 2000. C’est l’une des progressions les plus fortes depuis l’instauration du salaire minimum de croissance en France. Par-delà le mécanisme habituel de revalorisation du Smic, cet emballement résulte essentiellement de l’application des lois « Aubry » qui posaient le principe d’une compensation salariale intégrale pour les salariés, payés à ce niveau, passant à 35 heures. Mais qu’en est-il des effets généralement attendus de toute augmentation du Smic sur le coût du travail et les rémunérations ? Étant donné la réduction des cotisations sociales des employeurs promulguée par le dispositif « Aubry » et la réforme « Fillon », l’incidence sur le coût du travail a été infime. Quant aux répercussions sur le pouvoir d’achat des salariés, elles ont été amoindries par la réduction du temps de travail. Pour autant, cette hausse en trompe-l’oeil n’a pas été neutre sur la distribution des salaires : elle a notamment contribué à porter à un niveau record la proportion de salariés rémunérés au Smic.
 
 
« Les concubins et l’impôt sur le revenu en France »
Les concubins, en France, ne peuvent pas déclarer ensemble leurs revenus. Ils perdent ainsi, par rapport aux couples mariés, le bénéfice du quotient conjugal, un mécanisme qui tient compte du statut marital pour déterminer le montant de l’impôt. L’article étudie la législation fiscale pour repérer les pénalités et les éventuels gains que supportent les concubins. Il montre que les gains susceptibles d’être obtenus par les concubins en se mariant sont souvent très modiques et, de surcroît, disparates.
 
« La qualité de l’emploi en Europe : une approche comparative et dynamique »
La qualité de l’emploi est un concept multidimensionnel. Toutes ses dimensions ne sont pas prises en compte dans la liste des indicateurs définie au Sommet de Laeken. Sur la base de cette liste et d’indicateurs complémentaires, l’article met en évidence des performances hétérogènes en Europe, faisant apparaître trois groupes de pays : les pays nordiques (y. c. le R.-U.), les pays continentaux et les États du Sud. Ces positions sont néanmoins nuancées par l’analyse de la sécurité de l’emploi, de la formation, des conditions de travail et de la conciliation entre vies privée et familiale.
 
« Les familles monoparentales en France »
Les familles monoparentales sont définies par l’Insee comme constituées d’une mère ou d’un père de famille sans conjoint avec un ou plusieurs enfants. Elles constituent une population en forte augmentation, et ce faisant, la proportion d’enfants vivant dans ces familles croît constamment. Certaines d’entre elles sont particulièrement concernées par la pauvreté et la précarité de l’emploi et des conditions de vie. Les politiques publiques ont mis en œuvre des dispositifs de soutien. Elles se trouvent toutefois confrontées à de nouveaux défis.
 

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012