Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 16:25
Jeudi 16 août 2007, en direct dans une émission sur France Inter, Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques, a annoncé la création dans les semaines qui viennent d’un « Institut pour le développement de l’information économique et sociale ».
 
Le journal mensuel « Alternatives économiques » serait un des fondateurs de cet « Institut pour le développement de l’information économique et sociale ».
 
Une présentation assez précise, de ce que pourrait être cet institut, est proposée par Isabelle Gautier, une collègue de sciences économiques et sociales, sur le site de l’APSES (association des professeurs de sciences économiques et sociales) ici : Rapport d'orientation 2006-2007 voté - [Apses].
 
« Institut qui regrouperait des syndicats, ONG, universitaires, représentants des employeurs "à fibre sociale" et l’APSES ?
Institut qui n’aurait pas vocation à produire lui même de l’information mais à en encourager le développement et la diffusion
L’existence d’un tel institut ouvrirait une fenêtre légitime car relativement neutre dans les média »
 
C’est notamment en réponse à la création du CODICE et au partenariat entre l’Institut de l’entreprise (IDE) et le ministère de l’éducation nationale (MEN) que les journalistes d’Alternatives économiques souhaitent la création de cet institut.
 
Guillaume Duval qui avait accepté mon invitation pour un débat sur l’emploi à Pontault-Combault (« Comment retrouver le plein-emploi ? »), ne souhaite pas que l’enseignement de l’économie, la diffusion de la culture économique, soit contrôlé par l’Etat à travers le ministère de l’économie et des finances. Il ne désire pas qu’il existe un discours officiel sur l’économie alors que l’économie est traversée de nombreux débats. Il ne pense pas que le pluralisme soit favorisé dans un tel cadre.
 
De surcroît, Guillaume Duval ne souhaite pas laisser à l’institut de l’entreprise le « monopole » en matière de diffusion de l’information et de l’explication économique et sociale. Il rappelle que les journaliste d’Alternatives économiques font ce travail d’information et d’explication depuis déjà 27 ans et que les professeurs de sciences économiques et sociales diffusent un savoir pluraliste aux lycéens de la série ES depuis 40 ans environ.
 
Certes, les points de vue de Guillaume Duval et des journalistes d’Alternatives économiques sont discutables. Mais ils le sont aux mêmes titres que ceux de l’IDE et du Codice
 
L’économie et les autres sciences sociales sont, en effet, des disciplines qui restent traversées par des débats récurrents, et souvent animés, sur les grandes questions économiques et sociales.
 
La liberté de discussion sur les questions économiques et sociales et la possibilité de choisir parmi différentes options sont consubstantielles à la démocratie et inhérentes au débat d’idée.
 
Dans ces conditions, je suis autant favorable à la création de cet « Institut pour le développement de l’information économique et sociale » que je l’étais pour la création du Codice. Je suis également favorable aux différentes actions de l’IDE en direction des professeurs de sciences économiques et sociales. Tant que les propositions sont multiples et viennent d’horizons diverses, il n’y a aucun problème.
 
Personne ne doit pouvoir s’arroger le monopole du discours légitime sur le fonctionnement de l’économie et de la société, ni le Codice, ni l’IDE, ni Alternatives économiques, ni les professeurs de sciences économiques et sociales…
 
Qui peut prétendre détenir l’explication ultime, incontestable ? Dans son intervention sur France Inter, Guillaume Duval rappelle d’ailleurs que cela serait plutôt suspect.
 
Observons ce que chacun propose, organisons des débats et donnons ainsi au citoyen l’information la plus complète et la plus (intellectuellement) honnête possible afin qu’il puisse, en toute connaissance de cause, exercer sa liberté de choix. Ainsi doit aller la démocratie. Aucune démocratie ne peut exister et se développer sans donner toute sa place à la libre discussion des idées et des arguments fondés sur la raison. Il reste juste à organiser cette discussion pour qu’elle ne relève pas du dialogue de sourd et/ou de la polémique stérile.
 
Le Codice
 
Dans l’article « Le CODICE, vous connaissez ? », j’avais présenté les travaux du Codice, le Conseil pour la Diffusion de la Culture économique dont Claude Perdriel, est le président. C’est Thierry Breton, alors ministre de l’économie et des finances, qui avait souhaité mettre en place ce conseil pour mener une réflexion sur les moyens d’améliorer la culture économique des français, pour permettre aux Français de mieux comprendre l'économie. Le titre du premier rapport présenté le 14 mars était, « Réconcilier les Français avec l'économie ».                          
L’institut de l’entreprise
 
L’institut de l’entreprise est un institut dirigé par Michel Pébereau, président de BNP-Paribas, qui avait accepté mon invitation pour un débat sur la dette publique à Pontault-Combault : La dette publique en débat.
 
« L'Institut de l'entreprise est une association (loi de 1901) créée en 1975 par une trentaine de grands groupes. Ses promoteurs étaient animés par le désir de disposer d'un organe de réflexion, indépendant de tout mandat syndical ou politique, qui leur permette d'affiner leur approche des questions économiques, sociales et sociétales. »
 
L'Institut de l'entreprise a une triple vocation :
 
- Un pôle de réflexion
- Un lieu de rencontre
- Un pôle de formation : «  depuis quelques années, l’Institut de l’entreprise s’est engagé, au travers de stages d’immersion et de conférences-débat, dans des actions visant à confronter certains publics au monde de l’entreprise, dans l’objectif de leur en donner une représentation plus concrète.
 
Trois publics sont actuellement concernés par ces programmes : les « jeunes élites », issues d’horizons variés et appelées à exercer demain des postes à responsabilité dans leur secteur d’activité, les professeurs de Sciences Economiques et Sociales des lycées et les élèves journalistes»
 
L’institut de l’entreprise propose aux professeurs de sciences économiques et sociales. :
 
 
Cette année, le 30 et le 31 aout 2007, le thème des entretiens sera « Le financement de l’économie : intermédiaires et marchés financiers ».
Un sujet au coeur de l’actualité avec la crise du « subprime » aux Etats-Unis et ses conséquences internationales…  
 
 
A écouter :
 
France Inter : Emission "Cha cha chatche" (9h15-11h00)
 
 
La vie en chiffre
 
La chronique de Maja Neskovic: Economie: les français mal informés?
 
Avec Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques
 
Le Podcast de l’émission est disponible ici :
 
http://www.radiofrance.fr/services/rfmobiles/podcast/index.php?channel=1&g=EMI
 
A consulter :
 
 
 
APSES Rapport d’orientation 2006-2007
 
Published by David MOUREY - dans Démocratie
commenter cet article

commentaires

Alexandre Bertin 18/08/2007 11:25

Pour compléter mon commentaire précédent je citerai Sen :"Eduquer, c'est aussi développer les capacités de raisonnement et la faculté de choix, c'est cultiver l'art de la comparaison et de l'analyse, c'est apprendre qu'il existe d'autres croyances dans le monde et meme des gens qui ne croient pas. Négliger la liberté de raisonnement et de choix diminue sensiblement les capacités élémentaires des citoyens concernés"                               Amartya Sen, Identités et Violence, p. 219C'est dans ce sens qu'il faut comprendre la création de l'institution pour le développement de l'information économique et sociale.

David MOUREY 18/08/2007 13:19


Merci Alexandre pour ces deux commentaires. Je vois encore que nous partageons, avec Amartya SEN et Jean-Paul FITOUSSI, cette conception de la démocratie fondée notamment sur la libre discussion. La citation de SEN que tu proposes est explicite. On peut ne pas être d'accord avec divers points de vue de cet économiste hors norme et reconnaître que son insistance sur la libre discussion est très pertinente. Je pense que ces instances (Codice, IDE, IDIES,...) de réflexion et d'information sur l'économie et la société sont d'abord des instruments dont l'utilité et l'efficacité dépendront de l'usage que nous en ferons. Pour cette raison, je ne peux rejeter a priori telle instance sous prétexte qu'elle est contrôlée par telle école de pensée.
 

alexandre 18/08/2007 08:02

Enfin une bonne nouvelle pour la science économique et sociale ! Le pluralisme des idées et des méthodes d'enseignement doit être respecté. Comme en Histoire, personne ne peut prétendre imposer sa vérité. Le propre de l'économie et plus particulièrement de la recherche en économie est de pouvoir contester les points de vue des uns et des autres, de manière transparente et démocratique. Les débats sur l'origine de la croissance économique, sur les politiques économiques à mener pour atteindre le plein-emploi, ou encore sur la relation croissance-inégalité (Courbe de Kuznets) sont loin d'être clos aujourd'hui encore, plusieurs décennies après avoir été lancés.Le contrôle imposé sur les idées économiques, le dogmatisme ne peut permettre un enseignement serein de l'économie et un dicernement des élèves. Le propre de l'éducation n'est-ce pas offrir aux élèves l'autonomie et la capacité de se forger ses convictions et opinions seul ?   Pour cela, offrir un discours alternatif ne peut qu'être en cohérence avec cette volonté.Souhaitons longue vie à ce genre d'alternatives et de projets.

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012