Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 17:11

 

Le vocabulaire de l’économie est parfois drôle, tant les mots utilisés sont évocateurs de situations qui visiblement n’ont rien à voir avec le sens premier de ces mots.

 

En voici un exemple avec l’opération TWIST de la Banque Centrale américaine. J’en donnerai d’autre à l’occasion…

 

Selon Patrick ARTUS, Directeur de la recherche économique chez Natixis,

«  Il existe un fort débat au sujet de la politique monétaire aux Etats-Unis :

- faut-il faire baisser les taux d’intérêt à long terme, pour réduire le coût du crédit immobilier et stimuler la demande de crédit ?

C’est l’objet du « twist » décidé le 21 septembre 2011, par la Réserve Fédérale, mais ceci va aplatir la courbe des taux d’intérêt ;

- faut-il au contraire pentifier la courbe des taux d’intérêt en laissant monter les taux d’intérêt à long terme pour inciter les banques à offrir davantage de crédit immobilier.

Si la distribution de mortgages est déterminée par la demande, les achats de Treasuries, de maturité longue décidés par la Réserve Fédérale (« opération twist ») sont favorables ;

Si la distribution de mortgages est déterminée par l’offre, c’est une très mauvaise idée et il aurait au contraire fallu que la Réserve Fédérale continue à acheter des maturités courtes. »

 

Faire baisser les taux d’intérêt à long terme en achetant de la dette publique …

 

Pour faire simple, la question de départ est : comment relancer le crédit, en particulier le crédit immobilier en période de désendettement et d’incertitudes sur l’avenir ?

 Au Etats-Unis, la distribution de mortgages (crédits hypothécaires à long terme) semble davantage déterminée par la demande de crédit des ménages, que par l’offre de crédit par les banques …

Dans ces conditions, il vaut mieux faire baisser encore davantage les couts des crédits à long terme afin de relancer cette demande de crédits, plutôt que les faire remonter pour rendre l’opération de prêt plus rentable pour les banques  (stimulation de l’offre de prêts).

En effet, une hausse des taux long terme pourrait entrainer une hausse de l’offre de ces crédits longs jugés peu rentables tant que les taux à long terme sont trop bas, compte tenu du cout de l’accès aux ressources (de long terme) pour ces dernières.

Mais cela serait sans effet sur la demande de crédits, bien au contraire !

Ce n'est donc pas une méthode efficace.

 

Comment la FED fait-elle dans ces conditions ?

 

Lorsque la FED, la Réserve Fédérale ou Banque Centrale américaine, achète des Treasuries (des obligations de l’Etat américain, des titres de dette de l’Etat qui a besoin d’emprunter pour financer son excès de dépenses par rapport à ses recettes), elle cherche à faire baisser les taux d’intérêt à long terme, pour réduire le coût du crédit immobilier et stimuler la demande de crédit !

Elle achète donc de la dette publique à long terme, ce qui fait monter le cours de ces titres et baisser le taux d’intérêt à payer par l’emprunteur sur les titres émis.

Comme la dette publique est supposée être le titre (ici l’obligation) le moins risquée sur le marché, les taux d’intérêt sur tous les autres titres de dette à long terme peuvent baisser également.

Par exemple, si les taux d’intérêt sur les Mortages baissent, ceci peut inciter les emprunteurs potentiels à souscrire de nouveaux crédits et redynamiser in fine le marché de l’immobilier.

Etats-Unis Taux d'interet à Long terme 2002 2011 Source: Patrick ARTUS, Natixis

 

 

…pour relancer le marché immobilier et par effet d’entrainement, l’économie !

 

« la distribution de mortgages est aujourd’hui déterminée par la demande et pas du tout par l’offre. L’opération twist va donc dans le bon sens. 

Les demandes de mortgages se sont redressées par rapport au début de 2011, grâce à la baisse des taux d’intérêt, mais les ventes de maisons restent faibles. La faillite du marché de l’immobilier aux Etats-Unis est une cause centrale de la faiblesse de l’économie américaine. La politique monétaire doit donc essayer de corriger cette faiblesse des achats de logements, donc de la demande de mortgages. »

 

Donc, relancer le marché immobilier pour relancer l’économie.

Quand le bâtiment va, tout va ?

 

Published by David Mourey - dans Finances publiques
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012