Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 08:10

 

La Direction des Etudes économiques de Crédit Agricole SA, dirigée par Jean-Paul BETBEZE, vient de publier un document clair et synthétique sur la nature de la politique monétaire depuis les débuts de la crise  d’abord financière courant 2007.

Je vous recommande vivement la lecture de ce texte d’Isabelle JOB, « Politique monétaire : nouvelles frontières, nouveaux défis » Eco Focus - Edition du 27 mars 2012, qui nous permet de passer en revue l’éventail des interventions des banques centrales, des mesures les plus conventionnelles (standards) aux mesures de plus en plus non conventionnelles. On retiendra :

- La baisse des taux d’intérêts directeurs

- la croissance exponentielle de la taille des bilans des Banques centrales

et l’évolution profonde de leur structure.

- La croissance exponentielle des réserves des Banques centrales des BRIC

(Brésil, Russie, Inde, Chine)

 

« Avec la crise, les Banques centrales se sont retrouvées en première ligne pour amortir les chocs financiers et soutenir le processus fragile de reprise. Elles ont usé de tous les moyens, traditionnels d'abord en mettant leur taux au plancher, puis non-traditionnels en optant pour une gestion active de la taille et de la structure de leur bilan.

Si ces mesures ont été dictées par l'urgence face à une crise d'ampleur historique, une telle mise sous perfusion du système financier pose la question de son degré d'accoutumance, avec inévitablement des interrogations sur les effets secondaires associés à ces politiques ultra-accommodantes.

FED Tx Directeurs 2007 2012Le chemin de la sortie s’annonce périlleux, avec un difficile dosage à trouver entre une politique monétaire qui ne doit pas entraver la nécessaire purge des bilans, privés et publics, mais une politique qui doit aussi accompagner ce processus de désendettement pour le rendre supportable à l’heure où les États n’ont plus, pour la plupart d’entre eux, les moyens de jouer un rôle d’amortisseur de crise. (…)

« Leurs actions à la fois énergiques et inédites ont avant tout visé à éviter un débouclage désordonné des excès d’endettement, qu’ils soient logés chez les ménages, les États ou les banques avec, en toile de fond, le risque d’enclenchement d’une spirale déflationniste, selon des mécanismes semblables à ceux décrits par Fisher (1933) lors de la Grande Dépression. » (…)

 « Il faut bien reconnaître que les Banques centrales ont joué un rôle essentiel dans la gestion de la crise, quitte à composer avec une certaine orthodoxie monétaire. » (…)

BCE Tx directeurs 2007 2012« Qu’elles utilisent le terme de non-standard ou de non conventionnel, elles ont toutes mené sous une forme ou une autre des politiques d’assouplissement quantitatif (QE2) avec une gestion active de la taille et de la structure de leur bilan. » (…)

 « Dans les pays émergents, cet activisme s’est traduit par une accumulation de réserves de change, bien au-delà du matelas de sécurité censé protéger leurs économies des mouvements de balancier de la finance internationale (phénomène de « sudden stop » ou de retrait brutal des capitaux privés étrangers), opposant ainsi une nette résistance à l’appréciation de leur taux de change, parfois taxée de manipulation (cas du yuan chinois). » (…)

 FED BCE Taille Bilan 1999 2012« Si, ces mesures ont été dictées par l’urgence face à une crise d’ampleur historique, une telle mise sous perfusion du système financier pose la question de son degré d’accoutumance, avec inévitablement des interrogations sur les effets secondaires associés à ces politiques ultra-accommodantes, surtout si elles s’installent dans la durée. » (…)

 « Un des risques est de reporter dans le temps la purge nécessaire des bilans, tant privés que publics. » (…)

 « Pour le secteur public, des taux trop bas en entraînant une réduction des charges d’intérêts peuvent donner l’illusion d’une trajectoire d’endettement viable et accroître la tolérance aux déficits publics. » (…)

 « À cet égard, la frontière entre politiques, monétaire et budgétaire, devient de plus en plus ténue. » (…)

 « Enfin, la politique monétaire, en fixant le prix de la liquidité, influence la perception et le niveau de tolérance qu’ont les marchés à l’égard du risque (Borio & Zhu, 2008). »

(…)  « Ceci témoigne en quelque sorte du caractère « globalisé » des politiques monétaires avec des impacts qui dépassent les frontières domestiques. »

BC BRIC Reserves Changes 2002 2011

 

Lire l’intégralité de la publication ici

 Télécharger la publication - (Format PDF - 317.89 Ko)

http://etudes-economiques.credit-agricole.com/medias/EF12_13_20120327_FR.pdf

 

Published by David Mourey - dans Politique Monétaire
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012