Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 13:47

 

Les éditions PEARSON viennent de publier un nouvel ouvrage de Patrick ARTUS et Marie-Paule VIRARD.

Dans cet excellent ouvrage, les auteurs tentent un exercice pédagogique bien difficile. En adoptant le même type de structure que pour leur ouvrage précédent chez le même éditeur en 2008 « On comprend mieux le monde à travers l’économie », ils aboutissent à un résultat très efficace.

Un travail pédagogique de grande qualité

 

Le livre est clair, bien organisé et passe en revue les principales dimensions du thème abordé. La question de l’excès de liquidité - de sa nature, de ses causes et de ses conséquences -  est un des thèmes de prédilection de Patrick ARTUS dont je suis les publications attentivement et qui m’a fait l’honneur de venir à Pontault-Combault en mai 2008 et lors de deux colloques au Palais du Luxembourg (Sénat) en février et mars 2009.  

La Liquidite Incontrolable    De l’excès de liquidité dans le monde

 

Pour faire simple car je suis déjà intervenu sur ces questions sur ce blog (mais j’y reviendrai régulièrement) et pour ne pas trop en dire sur le contenu du livre, Patrick ARTUS et Marie-Paule VIRARD nous rappellent que l’excès de liquidité dans le monde a deux causes majeures.

Les politiques monétaires durablement et excessivement expansionnistes menées par les banques centrales des pays de l’OCDE et l’accumulation de réserves de change par les banques centrales des pays émergents et exportateurs de pétrole.

Les banques centrales créent de la monnaie centrale pour répondre aux besoins des banques qui doivent en disposer pour pouvoir créer de la monnaie et satisfaire les besoins des agents non financiers (Etat, Entreprises, Ménages).

L’économie ne peut fonctionner sans monnaie, celle-ci est émise par les banques sous réserve qu’elles disposent de suffisamment de monnaie centrale - ou liquidité bancaire -  fournie par les banques centrales.

Patrick Artus 09 03 2009

Patrick Artus au Palais du Luxembourg le 9 mars 2009

lors d'un colloque intitulé

"De la crise financière à la crise économique"

Déséquilibres Economiques Internationaux, une Vidéo de Patrick ARTUS

Deséquilibres Internationaux une Vidéo d'Agnès BENASSY-QUERE

Vidéo « Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire ? » par Mathilde LEMOINE

De la Crise Financière à la Crise Economique

 

Mais depuis quelques années,  au niveau mondial, la source principale de création de monnaie centrale relève davantage  de l’accumulation de réserves de changes par quelques banques centrales des excédents commerciaux et du maintien de la stabilité du taux de change dans les économies concernées (je reviendrai sur le mécanisme détaillé plus tard).

Non seulement les BC perdent une partie du contrôle de la masse monétaire ou quantité de monnaie en circulation ou capacité de dépense des agents non financiers, mais elles contribuent au risques de bulles sur le prix des actifs dont on a pu mesurer, avec la crise déclenchée par les subprimes, l’ampleur du potentiel destructeur pour l’économie réelle.

La création de liquidité se traduit, dans le cadre d’une globalisation économique accrue, moins par des tensions inflationnistes sur le marché des biens et services que par les risques inhérents au bulles spéculatives lesquelles finissent toujours par exploser et provoquer, via des effets de richesse négatifs, la perte de liquidité sur les différents marché, la perte de solvabilité pour de multiples acteurs, la récession et les risques de déflation …

Un autre point fondamental des analyses proposées par nos deux auteurs concerne le risque lié à la lutte contre la crise financière et économique depuis mi 2007 et surtout 2008 et qui se traduit par l’émergence de risques de déclenchement de crises encore plus violentes dans quelques années.

En résumé, en faisant feu de tout bois pour lutter contre les effets pervers des crises économiques, sociales, financières et monétaires présentes,  on prend le risque de faire le lit de crises futures encore plus dévastatrices.

Il devient très difficile pour les autorités publiques, banques centrales et Etats, de concilier les exigences du court terme et les impératifs du long terme.

Quand il convient de faire à court terme le contraire de ce qu’il faudrait faire à long terme, le choix devient cornélien.

 

Voici un ouvrage court, environ 120 pages, mais de grande qualité sur lequel je vais faire travailler tous mes élèves et étudiants en politiques économiques en 2010-2011.

 

 Un livre que je vous invite à lire de toute urgence.

 

A consulter :  

Intervention Publique et Crise Financière, c'est bon pour l'Aléa Moral
Après la Crise Financière : Comment sortir d'une récession ?

Dune bulle spéculative à la suivante

Les dangers de la « Finance de PONZI »
 

Crise financière : excès de liquidités ou excès d'épargne ?
Mieux comprendre la finance pour éviter les crises financières

Mieux comprendre la finance pour éviter les crises financières (2)

De la crise financière, ... à la crise réelle ?

Les temps de la politique économiques

Attention : une crise financière peut en cacher une autre

 

Présentation de l'éditeur

Depuis le début de la crise, le comportement des banques centrales est au centre du débat. Pour les uns, grâce à la vitesse et à l'ampleur de leur réaction, les gendarmes monétaires, en particulier ceux de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne, ont évité l'effondrement déflationniste et sauvé la planète. Pour les autres, en inondant l'économie de liquidités, ils nous ont déjà condamnés à vivre les affres d'une nouvelle crise. Une chose est sûre : les politiques monétaires ont été au cœur du maelström qui a failli emporter l'économie mondiale et elles sont aujourd'hui au centre de toute stratégie de " sortie " de crise... Patrick Artus et Marie-Paule Virard ont voulu alimenter ici la réflexion et le débat sur le futur rôle des banques centrales. Comment revisiter leur mission afin qu'elles puissent contribuer efficacement à la réduction des risques qui menacent l'économie mondiale ? Quand disposeront-elles des moyens de réguler vraiment le système monétaire international, d'éviter une guerre dévastatrice des taux de change ? De quoi ont-elles besoin pour contrôler l'évolution des prix d'actifs, source de nouvelles bulles aussi imprévisibles que dangereuses ? Telles sont les questions qui vont dominer la politique économique et financière du monde dans les années à venir et sur lesquelles les auteurs apportent ici leur libre éclairage et des propositions novatrices.

Biographie de l'auteur

Patrick Artus est directeur de la recherche de Natixis, professeur à l'École polytechnique et professeur associé à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Marie-Paule Virard, ancienne rédactrice en chef du magazine Enjeux-Les Échos, est journaliste indépendante.

 

Table des matières 

LA POLITIQUE MONETAIRE DANS TOUS SES ETATS

HYPERLIQUIDITE CONTEMPORAINE : FAUSSES PEURS ET VRAIS DANGERS

FAUT-IL MODIFIER LA MISSION DES BANQUES CENTRALES ?

QUELLE REFORME DU SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL ?

QUAND LES BANQUIERS CENTRAUX CHERCHENT LA " SORTIR "...

  

 A consuter également :

Zone euro : une croissance encore bien molle et fragile

Prévisions de l'OFCE « Va-t-on sortir de la crise ? »

Déséquilibres Economiques Internationaux, une Vidéo de Patrick ARTUS

Jean-Paul BETBEZE : « La BCE veut limiter les dommages collatéraux »

Vidéo Crise financière : Une Intervention de Jacques ATTALI

Deséquilibres Internationaux une Vidéo d'Agnès BENASSY-QUERE

Banque : Vidéo de Michel PEBEREAU sur France Culture

Prix TURGOT 2010 « La banque de l'après-crise » de Georges PAUGET

Vidéo « Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire ? » par Mathilde LEMOINE

« DE LA CRISE FINANCIÈRE À LA CRISE ÉCONOMIQUE »

FMI : « Qu’est-ce que la politique monétaire ? » (IMF)

Sur la Politique Monétaire avant et pendant la Crise

De la Crise Financière à la Crise Economique

 

Published by David Mourey - dans Crises Financières
commenter cet article

commentaires

Gu Si Fang 26/05/2010 08:44



L'emploi du temps a l'air chargé ;) Si vous avez un moment pour me donner quelques pistes, je reste preneur. Merci !



Gu Si Fang 17/05/2010 06:35



Bonjour,


La politique monétaire expansive, oui, mais j'ai un problème avec l'explication "par les réserves" de la Chine et des pays exportateurs de pétrole. Artus et Virard expliquent ce mécanisme
pp. 10 à 16 dans leur
livre.


Ce qui est décrit comme une "accumulation de réserves de change" correspond économiquement à une hausse de la demande de T-bonds américains. A&V décrivent p. 12 ce qui se passe, par exemple,
lorsque la banque centrale de Chine achète à un investisseur américain une obligation d'Etat US, en dollars. Le titre du chapitre est explicite : "En accumulant des réserves de change, les
pays émergents créent l'essentiel de la liquidité"


Mais ceci ne modifie pas l'offre de dollars (monnaie de base) !


Les auteurs écrivent pourtant : "La liquidité créée par une banque centrale lorsqu'elle accumule des réserves devient bien disponible partout dans le monde."


J'ai l'impression que c'est tout simplement une erreur.


Qu'elle soit d'origine publique ou privée, la hausse de la demande chinoise d'obligations d'Etat US correspond à une faible préférence pour le présent. Cela modifie les taux longs mondiaux, qui
résultent de la rencontre des préférences de tous les épargnants et investisseurs. Mais cela n'augmente pas le nombre de dollars US en circulation.


La seule cause de l'augmentation des liquidités mondiales, ce sont les opérations d'open market des banques centrales.


Ai-je oublié quelque chose ?



David Mourey 18/05/2010 21:53



Mzerci pour ce commentaire, je vais vous répondre demain ...



A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012