Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 20:17

DTous ruinés dans dix ans Dette publique Attalians « Tous ruinés dans dix ans ? », Jacques ATTALI commence par retracer l'histoire de la dette publique dans un chapitre très riche, qu'il définit comme « la somme des dettes d'un Etat envers des créditeurs nationaux (ménages, entreprises) et étrangers. »

II introduit ensuite la notion de « dépersonnification de la dette » qui va de pair avec l'avènement de la démocratie et d'une entité étatique pérenne.

Ainsi, l'Etat s'endette perpétuellement, car si, l'ancien conseiller de F. MITTERAND distingue la « bonne » de la « mauvaise dette », il soutient que celle-ci est facteur de croissance.

De facto, la question n'est pas de rembourser la dette mais de la soutenir. Qu’en est-il lorsque celle-ci conduit au risque de défaut ?

Le tableau s'assombrit et l'auteur dépeint les traits d'un futur incertain.

En effet, la dualité entre les marchés et l'Etat pourrait conduire à une nouvelle crise de confiance.

Or, la dette doit être d'intérêt public.

Jacques ATTALI propose des solutions telles que l'ouverture des frontières, l'augmentation des recettes, notamment par l'impôt, et la diminution des dépenses, tout en encourageant la création de nouvelles formes de prestations.

Malgré le ton pessimiste usité, Jacques ATTALI appelle à la responsabilité de tout un chacun : l'Etat, comme les marchés, ou encore ses concitoyens et invite au débat.

 

A consulter : « Tous ruinés dans dix ans ? Dette publique : la dernière chance » par Jacques ATTALI

 

Published by Messiha BOUDRAHEM - dans Finances publiques
commenter cet article

commentaires

Un novice 03/11/2010 08:24



Ainsi le dette publique d'un état serait un facteur de croissance et il n'est pas besoin de la rembourser mais il faudrait la soutenir.


Voilà qui me surprend puisque le motif de la politique actuelle est le remboursement de la dette.


Il y a de quoi laisser plus que perplexe le quidam qui comme moi ne connait rien aux arcanes du pouvoir et encore moins aux subtilités de l'économie de l'état.


Je pense donc que je prendrai plaisir à lire un tel ouvrage qui peut-être pourra m'éclairer.


Encore merci monsieur Mourey de nous abreuver d'ouvrages ayant pour but d'éclairer nos lanternes.



David Mourey 03/11/2010 10:30



Soutenir la dette, cela veut dire la rendre soutenable aus ens au le débiteur reste solvable. Il ne tombe pas dans une spirale de hausse de sa dette ou il
doit emprunter à nouveau pour rembouser les emprunts passés. Donc rembourser une partie de la dette pour la rendre durablement soutenable ne me parait pas du tout contradictoire. Ce qui n'est
pasacceptable c'est d'avoir une des déficits budgétaires tous les ans depuis 30 ans. Chaque déficit est un nouvel emprunt qui accroit le stock de dette.



A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012